Créer automatiquement un site d’affiliation Amazon, par Julien Gadanho

Créer automatiquement un site d’affiliation Amazon, par Julien Gadanho

Salut Julien, merci de m’accorder un peu de temps pour cette interview.

Salut François, tout le plaisir est pour moi 🙂

La communauté SEO commence à bien te connaître, notamment depuis ta conférence au Google Black Day. Tu es également très actif sur Twitter (@julien_gadanho) et sur le forum Script-SEO.

Exact, j’aime bien échanger et découvrir des autres pour essayer d’aller toujours plus loin !

Sur Twitter, Julien fait un peu peur. Mais en vrai il est sympa 😉

L’une de tes grandes spécialités est l’automatisation ce qui te permet évidemment de gagner énormément de temps par rapport aux autres SEO. J’ai bénéficié de tes conseils pour automatiser quelques points de ma prestation de création de blogs de PBN (voir ici mon auto-promotion 😉 ).

Bof, c’était pas grand chose 😉

Peut-être, mais ça m’a fait avancer.

Objectif final : tout automatiser

Automatisation de la création d’un site d’affiliation Amazon

Tu m’as notamment montré comment tu sais mettre en ligne un site d’affiliation Amazon en seulement quelques clics.

Pour info, il s’agit d’un type de site bien particulier qui a été popularisé par Pierrick Butty (prenez le temps de regarder la vidéo ci-dessous si vous ne connaissez pas) :

Peux-tu nous en dire plus ?

Avant tout, je voudrais préciser que ce type de site n’est pas destiné à mes clients. Ce sont des sites personnels, mon objectif n’est donc pas de faire des sites parfaits. Je cherche surtout à mettre en place un processus qui créé des sites le plus rapidement possible avec le moins d’investissements financiers possibles, dans le but de générer des revenus passifs.

Il faut beaucoup travailler pour avoir des revenus passifs !

Tu proposes aussi de créer des sites web pour les clients ?

Tout dépend de la typologie du projet, en général j’aime bien faire des scripts d’automatisation. C’est pour ça que les clients m’appellent majoritairement.

Ok, c’est bien noté. Tu nous montres ton processus ?

Choix de la niche

C’est parti ! La première chose à faire est de déterminer quelle niche je vais cibler. Au début, pour mes tests je prenais un peu tout ce qui me tombait sous la main (pour les 50 premiers sites que j’ai créé).

Désormais je fais une analyse plus fine de la concurrence et du potentiel avant de lancer un nouveau site.

Là, je vais vous montrer un exemple avec la niche des casseroles. Je ne sais absolument pas si c’est très pertinent, c’est juste pour la démonstration.

Je commence par aller sur mon interface en ligne et je précise le top keyword de la niche ciblée, ici c’est « casserole »

Je dois préciser si le mot-clé principal est masculin ou féminin pour que l’orthographe du site reste automatiquement correct.

Tu pourrais trouver cette information dans un dictionnaire en ligne 😉

C’est vrai… mais pour l’instant je vais simplement cliquer sur la case « féminin » 🙂

Le choix du nom de domaine

Une fois que j’ai défini le top keyword, l’interface me propose des noms de domaines optimisés pour le SEO (Exact Match Domain ou Partial Match Domain) et qui sont libres pour l’achat :

Par défaut, je prends des noms de domaine « .xyz » car ils sont parmi les moins chers (0,99 € actuellement sur OVH). Si c’était un « vrai » site, je prendrais plutôt un « .fr » ou un « .com », mais là je veux économiser un maximum d’argent.

Pour l’exemple, je vais choisir le nom de domaine « guide-casserole.xyz ».

La rédaction des articles d’informations

Mes sites sont constitués de trois parties bien distinctes :

  1. La page d’accueil
  2. Des articles informatifs sur les produits
  3. Des fiches produits

Vu que je ne m’y connais pas trop en casseroles, je ne peux pas savoir quelles sont les informations que les internautes recherchent. Je vais donc récupérer automatiquement les titres des 100 premiers résultats de Google pour la requête « intitle :comment intitle :casserole »

Je dispose alors de la liste des titres des 100 premiers résultats de recherche de Google.

Il me suffit maintenant de cliquer sur les titres qui me semblent pertinents pour les sélectionner. Je corrige ensuite manuellement le titre afin qu’il soit bien écrit. Par exemple, le titre « Vidéo : comment récupérer une casserole brulée ? – YouTube » devient tout simplement « Comment récupérer une casserole brulée ? »

Une fois que j’ai une liste suffisante d’articles d’informations, je valide. Des briefs seront automatiquement envoyés à des rédacteurs pour qu’ils rédigent les textes. Ils pourront alors me livrer directement les textes via une interface en ligne.

Combien achètes-tu un texte ?

Un texte me coûte environ 1€ les 100 mots, ils sont rédigés en Afrique, principalement à Madagascar.

Rédaction des fiches produits

Ensuite, je dois créer les fiches produits. Mon interface va aller chercher directement les produits qui correspondent au mot-clé « Casserole » sur Amazon et elle va me les lister sous forme de tableau :

Il me suffit alors de cliquer sur les boutons « Ajouter » pour sélectionner les produits pour lesquels je souhaite avoir des fiches produits sur mon site. J’essaie de mettre plusieurs typologie de produits : des pas chers, des moyennes gammes et des hauts de gamme afin que chaque visiteur puisse trouver quelque chose qui lui corresponde.

Des briefs seront envoyés automatiquement aux rédacteurs pour qu’ils rédigent des descriptifs correspondants aux produits.

Validation du projet

Le paramétrage de mon site est maintenant terminé ! L’interface me donne un récapitulatif du projet :

Une fois que je valide, le nom de domaine sera réservé automatiquement et tous les briefs seront envoyés aux rédacteurs.

Il ne reste plus qu’à attendre que l’achat soit validé et que les textes soient livrés.

La livraison des textes

Je dispose d’un tableau grâce auquel je peux suivre l’état des livraisons des textes :

La mise en ligne des textes

Une fois que tous les textes sont livrés, il me suffit de cliquer sur un bouton « Mettre en ligne » pour que le site soit généré automatiquement. Le programme va alors créer :

  • La page d’accueil avec un tableau comparant les produits.
  • Les pages avec les articles d’informations.
  • Les pages avec les fiches produits.
  • Le menu et les liens entre les différentes pages.

Évidement, les liens d’affiliation sont placés automatiquement sur les différentes parties du site.

Peux-tu nous montrer un site terminé ?

Non, je ne préfère pas. En fait, tous mes sites sont basés sur le même modèle, il est donc très facile de trouver tout mon réseau à partir d’un seul site. Je ne veux pas prendre le risque de prendre une pénalité manuelle globale (ni d’avoir tous les SEO de France au cul 😉 ).

Meute de SEO prête pour l’assaut 🙂

Note de l’auteur : Julien m’a montré plusieurs de ses sites, je peux donc vous confirmer que ces sites existent et qu’en effet, ils sont tous strictement similaires, seul le contenu change 😉

Ces sites peuvent donner l’illusion aux internautes qu’il s’agit de « vrais » sites, néanmoins un professionnel du référencement les classera immédiatement dans la catégorie « sites d’affiliation SEO».

Pas de souci. Combien as-tu créé de sites depuis que tu as mis en place ce système ?

J’ai créé ce système il y a 8 mois, depuis j’ai mis en ligne 90 sites.

Ah oui ! Je comprends mieux ta prudence. Même en automatique et en maitrisant les coûts, la création de 90 sites nécessite du temps et de l’argent 🙂

D’ailleurs combien coûte en moyenne un site ?

En gros, chaque site coûte 50 €.

Et combien de temps te faut-il pour créer un site ?

Environ 1 minute, c’est très rapide, tout est automatisé.

Prêt à se lancer dans la course ?

Combien d’heures as-tu passé pour développer ce système ?

Il m’a fallu 40 heures. Mais le temps de développement n’était pas vraiment une contrainte vu que je le faisais surtout par passion.

Et aujourd’hui, combien te rapportent tes 90 sites ?

Actuellement, environ 200 € par mois.

Hum… avec un investissement de 4500 € pour l’instant ce n’est pas très rentable…

En effet, à ce rythme, ils seront rentables dans 2 ans.

Finalement, il faudra peut-être se montrer un peu patient…

Néanmoins, pour l’instant c’est uniquement le contenu qui fait ranker les sites car je n’ai pas encore commencé le netlinking. Une fois que j’aurais créé quelques liens, les choses devraient évoluer plus rapidement 😉

De plus, la courbe du CA est croissante de mois en mois : c’est encourageant.

En effet ! Affaire à suivre alors ! Comment maintiens-tu ces sites ? Est-il possible de les modifier plus tard ?

Oui bien sûr, je peux ajouter de nouvelles pages sans souci. Le gros avantage d’avoir centralisé tous les sites, c’est que je peux les améliorer tous en même temps. Lorsque je développe une amélioration sur l’un d’eux, tous les sites en bénéficient immédiatement car il me suffit de régénérer les sites en masse.

Aussi, je peux contrôler chaque contenu de chaque site depuis mon interface.

Quels sont les compétences informatiques requises pour automatiser entièrement la création de sites ?

Il y a 4 grandes compétences à posséder :

  • Tout d’abord, il faut savoir développer des sites web, vous devez donc bien connaître le HTML, le CSS, le PHP et le Javascript.
  • Il faut également des compétences d’administrateur système, c’est à dire que vous devez savoir gérer un serveur UNIX et rédiger des fichiers Bash.
  • Évidemment, il faut des connaissances fines en SEO pour offrir à Google des contenus et une structure de sites optimisés.
  • Enfin, vous devez savoir exploiter les API des différents partenaires. Par exemple, pour ce système j’utilise les API d’internet BS, d’Amazon, de SEM Rush, etc.

Ça fait beaucoup de compétences ! Combien de personnes travaillent dans ta team ?

En fait, je suis tout seul 🙂

Très impressionnant ! Merci Julien de nous avoir présenter ton outil, c’est très intéressant. Je te propose maintenant de parler un peu de toi et de tes prestations.

Ton historique personnel

On ne va pas s’étendre sur ton historique personnel dans cet article vu que Walid l’a déjà très bien fait sur son blog. Je vous invite donc à lire son article : http://www.lightonseo.com/divers-seo/1764-0612-hacker-seo-developpeur-julien-gadanho/

Tes prestations de sécurité

Par contre j’aimerais bien en savoir plus sur ta prestation de sécurité informatique que tu proposes via ton entreprise : https://www.securemydata.fr/.

Peux-tu résumer en quelques mots les différentes prestations que tu proposes :

Mon objectif est de sécuriser le système informatique de mes clients. Faire en sorte que des hackers ne puissent pas planter un serveur ou voler des données. C’est primordial pour des entreprises dont le fonctionnement repose en grande partie sur l’informatique.

Etant donné qu’on va parler de sécurité informatique, je respecte la tradition en affichant l’image d’un sweat à capuche vide qui tape sur un PC 😉

Se protéger contre les pirates informatiques

Mon premier objectif est de faire de la prévention, pour cela je fais de la « sécurité offensive ». Autrement dit je vais hacker le système informatique de mon client pour détecter des failles de sécurité. Pour cela, j’utilise les mêmes outils que les hackers.

Il existe 4 grands vecteurs d’attaque :

1) Les attaques classiques

On va chercher les failles habituelles des codeurs. Parfois ajouter un simple caractères dans l’URL d’une page suffit pour déclencher une erreur qui affichera des informations sur l’état du système. Ces informations serviront de base de travail pour le piratage.

2) Les attaques serveur

Il est possible de détecter que des ports du serveur sont ouverts ce qui pourrait permettre à un hacker de s’introduire dans le serveur. Parfois ce sont des services du serveur qui ne sont pas à jour, ils peuvent alors être utilisés comme point d’entrée par les hackers.

3) Les attaques par déni de service (DDOS)

On cherche à mettre hors service le serveur en envoyant des milliers de visiteurs d’un seul coup sur le serveur. Ce type de test a lieu la nuit, lorsque aucun visiteur n’est présent sur le site. L’administrateur du serveur est prévenu afin qu’il puisse redémarrer le serveur si ce dernier plante.

Tous les types de sites ont des maillons faibles, par exemple sur les e-commerces il s’agit souvent des moteurs de recherche qui sont gourmands en ressources. Un moyen simple de planter un e-commerce est d’envoyer des milliers de requêtes simultanément sur le moteur de recherche. Toute la capacité du serveur du serveur va alors être consommée pour ces recherches. Cela peut stopper net le serveur ou encore utiliser toutes les ressources.

Les possibilités sont infinies pour un hacker.

4) Attaque humaine

Une fois qu’un système informatique est sécurisé, il devient plus intéressant de l’attaquer via les employés de l’entreprise. On va alors essayer de les manipuler, par exemple en leur envoyant des mails de fishing, en leur demandant d’installer des logiciels qui contiennent des virus espions, voir en leur demandant tout simplement de nous transmettre des mots de passe par mail, etc.

Tout en respectant leurs vie privées, je vais chercher à obtenir de leur part des informations relatives à l’entreprise.

Qui sera le maillon faible ?

Mon rôle est alors d’expliquer aux équipes les risques liés au piratage. C’est un travail pédagogique de sensibilisation à la sécurité informatique.

Une fois que tous les types d’attaques ont été testées, je rédige un rapport complet qui explique comment j’ai réussi à entrer dans le système informatique, comment j’aurais pu le casser et ce qu’il faut faire pour corriger les différentes failles.

Réparer un serveur ou un site après un piratage

Un exemple typique de piratage est la mise en ligne de pages « Viagra » (ou « Nike », « louboutin » …) cachées dans le site. Elles servent à améliorer le référencement de sites d’arnaques.

Que faire dans ce cas ?

On procède toujours avec la même méthode, en 5 étapes :

  1. Localisation de la faille : c’est à dire qu’on va chercher par quel moyen le pirate agit sur le serveur et comment il est parvenu à entrer dans le système informatique.
  2. Suppression de la backdoor : on va supprimer les éléments qui permettent au pirate d’agir sur le serveur.
  3. Sécurisation : on ferme la faille en mettant à jour le système informatique et en ajoutant des protections supplémentaires.
  4. Nettoyage des données : on restaure l’état initial du serveur et des données (dans la mesure du possible).
  5. Protection active : on installe un module d’alerte pour détecter les nouvelles tentatives d’attaques et pourquoi pas un pare feu applicatif (WAF).

Recherche de preuves :

Parfois, il peut-être important de démontrer qu’il y a eu une attaque d’un pirate (notamment en cas de problème avec la justice).

Dans ce cas, on va chercher dans les fichiers de logs les traces qui permettront de déterminer d’où viennent les attaques et quand elles ont eu lieu. Un dossier complet sera alors transmis à la police.

Avec l’IP du pirate et l’heure du piratage, la police peut remonter la source car les fournisseurs d’accès internet (FAI) sont dans l’obligation de fournir des informations précises sur les IP. C’est alors aux policiers de tenter de retrouver les hackers, parfois les pirates sont retrouvés et condamnés.

Fin de l’interview

Et bien merci Julien de nous avoir montré comment tu automatises la création de sites d’affiliation, ainsi que tes méthodes pour prévenir le risque de piratage et réparer les dégâts causés par les hackers.

De rien, c’est toujours sympa de discuter 🙂

De mon côté, je vais poursuivre mon travail d’automatisation de création de sites. Il ne me manque plus grand chose pour installer des WordPress en masse en 1 seul clic 😉

Edit du 12/09/2017 : Jérome Pasquelin a publié une interview de Julien sur la sécurisation des WordPress, vous pouvez la consulter ici.

4 Replies to “Créer automatiquement un site d’affiliation Amazon, par Julien Gadanho”

  1. Super intéressant !
    Petite question pour Julien, c’est un système que tu utilise en local ou sur un VPS ?
    Au niveau de la création des URLS des pages et du maillage interne, cela est également automatique ?
    Tu récupères aussi les images ?

    1. Salut Adrien,

      Le système est installé sur un serveur dédié, cela permet d’installer les ips failover et de déployer les sites automatiquement.

      La création des URLs, pages est bien automatique. Pour le maillage, j’ai formé le rédacteur qui bosse la dessus il fait ça mieux qu’un robot !

      Pour les images, c’est aussi full auto.

  2. Je payerais un abonnement pour avoir un logiciel qui me fasse la même chose :). Si j’ai bien compris l’outil qui permet de choisir et valider sa niche a été développé par toi même, j’aimerais bénéficier de cet outil ^^

Lire les articles précédents :
On part un an en Espagne ! Foire Aux Questions

Une fois n'est pas coutume, je rédige aujourd'hui un petit article sur ma vie personnelle, qui n'a presque rien à...

Fermer