Echelle des #SEO, déterminez la couleur de votre chapeau

Echelle des #SEO, déterminez la couleur de votre chapeau

Au fil des discussions avec les autres consultants, je me rends compte qu’il n’est pas toujours évidemment de déterminer sa couleur de chapeau, car les nuances sont nombreuses :

Parfois ce manque de précision peut entraîner des incompréhensions, voire des petites frictions, par exemple :

– Un ami SEO : « Tu sais François, j’ai évolué dans ma pratique. Maintenant je suis White Hat : j’utilise la technique des domaines expirés. » Je précise que cet ami est un Black Hat pur et dur (je crois bien qu’il n’a jamais obtenu un lien naturellement 😀 )

– Moi : « Tu plaisantes ? La technique des domaines expirés est interdite par Google, c’est donc 100% Black Hat !« . S’en suit une discussion stérile pour déterminer ce qui est Black, White, Grey ou Rainbow. L’issu de ce débat dépend de la capacité de chacun à accepter le point de vue de l’autre.

Autant dire qu’avec les SEO, qui ont souvent un caractère bien trempé, cela peut prendre des grosses proportions 😉

Pour faciliter la communication et permettre à chacun d’entre nous de déterminer facilement la couleur de son chapeau, je vous propose une échelle des SEO. Elle est composée de 10 niveaux :

  1. No SEO
  2. Anti SEO
  3. New SEO
  4. White Hat
  5. Soft Hat
  6. Grey Hat
  7. Shadow Hat
  8. Black Hat
  9. Punk SEO
  10. Dark SEO

Comment utiliser l’échelle SEO ?

Pour déterminer votre niveau, commencez par le niveau 10, puis descendez les niveaux un par un. Si vous effectuez l’une des actions du niveau,  cela signifie que vous faites partie de ce niveau.

Quelques repères avant d’utiliser l’échelle du SEO :

  • Ce qu’il est important de comprendre, c’est que votre niveau ne reflète pas votre capacité à faire ranker un site. Aussi surprenant que cela puisse paraître, un webmaster de niveau 1 peut obtenir de meilleurs résultats qu’un hacker de niveau 10.
  • Plus vous faites parti d’un niveau élevé, plus vous bénéficiez d’un arsenal de techniques puissantes et diversifiées pour améliorer votre référencement. En contrepartie, vous augmentez le risque de prendre une pénalité (à partir du niveau 7) et peut-être une condamnation par un tribunal (au niveau 10).
  • Vous pouvez prétendre être au titre de référenceur professionnel et donner des conseils à partir du niveau 4.
  • A mon avis, pour prétendre au titre de consultant SEO, il est nécessaire de connaître et d’avoir testé les techniques du niveau 8.

Je compte sur vous pour me donner la couleur de votre chapeau dans les commentaires 🙂

Les illustrations ont été créés avec le site « Face your manga ».

10. Dark SEO

Dark SEO
Dark SEO

Le profil : Pour un Dark SEO, la destruction de la concurrence est le moyen le plus efficace pour être le premier sur Google. Il n’a aucun scrupule et s’autorise à utiliser toutes les méthodes disponibles, quitte à tomber dans l’illégalité. Il peut endommager les sites des concurrents, pirater des sites pour poser des liens à l’insu des webmasters, injecter des malwares…  Certains Dark SEO ont déjà été condamnés par la justice.

Les référenceurs professionnels craignent les Dark SEO car il n’y a malheureusement pas beaucoup de moyens pour se défendre contre eux. Les Dark SEO renouvellent sans cesse leurs techniques malveillantes pour contourner les protections.

Vous êtes un Dark SEO si :

  • Vous attaquez les sites de vos concurrents par divers procédés : destruction de données, attaque par déni de service, redirections malicieuses, …
  • Vous piratez des sites afin d’y placer des liens à l’insu des webmasters.
  • Vous pratiquez le NSEO via la création de liens toxiques vers vos concurrents ou la duplication de leur contenu (avec la volonté de nuire à leur référencement).
  • Vous utilisez des méthodes visant à tromper les internautes afin de les attirer vers votre site et simuler de l’intérêt : malware, fishing, désinformations, etc.

Ces actions sont immorales, malhonnêtes, voire illégales. Je vous décourage vivement de les pratiquer.

9.Punk SEO

Punk SEO
Punk SEO

Son profil : un Punk SEO n’hésite pas à utiliser toutes les techniques possibles pour obtenir des résultats immédiats. Sa devise est « No future » : l’enterrement de son site pour cause de pénalités fait partie intégrante de son business plan. De ce fait, il ne craint pas les filtres de Google (Pingouin, Panda, …) et il ne perd pas de temps en essayant de cacher ses stratégies.

L’automatisation est son principal allié pour monter dans Google. Un Punk SEO n’hésitera pas à polluer le web pour obtenir des résultats. Pour cela, il envoie des robots spammer en masse les blogs et les forums. Il est dépourvu de moral, mais il reste dans la légalité.

Les webmasters détestent ces pratiques qui les obligent à nettoyer les dégâts et à se prémunir de ses actions  : installation de filtres anti-spam, utilisation du nofollow, modérations strictes… De ce fait, les Punk SEO contribuent largement à la mauvaise réputation des consultants SEO.

Vous êtes un Punk SEO si :

  • Vous n’avez pas peur de voir votre site disparaître de Google pour cause de pénalité.
  • Vous avez plusieurs sites « en gestation », prêts à remplacer un site qui se serait fait pénalisé.

8. Black hat

Black Hat
Black Hat

Son profil : un Black Hat utilise les mêmes techniques de référencement qu’un Punk SEO, mais il cherche à faire survivre son site le plus longtemps possible. Il camoufle ses méthodes par divers moyens : utilisation d’IP différentes, dilution des ancres de liens, faux WhoIs, modération du spam dans le temps, etc. Ses techniques de camouflage nécessitent du temps et des ressources, ce qui rend les Black Hat moins rapides que les Punk SEO.

Un Black Hat craint particulièrement les mises à jour des filtres de Google qui sont susceptibles de détecter leurs méthodes et de faire disparaître leurs sites des résultats de recherche.

Vous êtes un Black Hat si :

  • Vous envoyez des robots rédiger de faux commentaires de blogs et de fausses réponses à des forums.
  • Vous générez automatiquement des textes n’ayant aucun sens pour les internautes.
  • Vous créez des sites bidons dont la seule utilité est de transmettre du jus.

Gardez en mémoire qu’en utilisant les méthodes des Punk SEO et des Black Hat vous polluez le web et vous contribuez à la mauvaise réputation des consultants SEO.

7. Shadow Hat

Shadow Hat
Shadow Hat

Son profil : un Shadow Hat utilise des méthodes de référencement totalement proscrites par Google, mais il évite de polluer le web.

Il ne craint pas les algorithmes de protection de Google qui ne peuvent pas détecter ses manœuvres. Par contre, il a peur des dénonciations et des pénalités manuelles, car les experts en référencement peuvent démontrer que ses manipulations ne respectent pas les consignes de Google aux webmasters.

Vous êtes un Shadow Hat si :

  • Vous utilisez des domaines expirés.
  • Vous achetez des liens.
  • Vous créez des fiches dans les annuaires.
  • Vous rédigez d’immenses textes dont la plus-value est faible pour les humains.

6. Grey Hat

Grey Hat
Grey Hat

Son profil : Un Grey Hat cherche à améliorer le positionnement de son site tout en se prémunissant contre les pénalités. Pour obtenir des liens, il organise des partenariats avec d’autres webmasters. Cette méthode est interdite par Google, mais il ne peut pas être détecté.

Un Grey Hat ne craint pas les pénalités car son travail peut difficilement être qualifié de spam, même par les autres référenceurs. Il est sur la ligne blanche mais ne la dépasse pas.

Vous êtes un Grey Hat si :

  • Vous proposez des partenariats à d’autres webmasters pour obtenir des liens (échange de liens, article invité, produit à tester, …).
  • Vous montez un réseau de sites dont chaque site est utile aux internautes.

5. Soft Hat

Soft Hat
Soft Hat

Son profil : Un Soft Hat cherche à améliorer son positionnement sans demander explicitement aux autres webmasters de créer des liens vers son site (car c’est interdit par Google et/ou il ne souhaite pas passer pour un quémandeur).

Vous êtes un Soft Hat si :

  • Vous commentez les articles de blog et vous répondez aux questions dans les forums en apportant une vraie plus-value. Vous prenez soin de mettre un lien vers votre site dans votre signature.
  • Lorsque vous ajoutez du contenu à votre site, vous informez les autres webmasters par mail ou via les réseaux sociaux.

4. White Hat

White Hat
White Hat

Son profil : Un White Hat cherche à favoriser le référencement de son site en respectant à la lettre les consignes données aux webmasters par Google.

Vous êtes White Hat si :

  • Vous connaissez et respectez les consignes aux webmasters de Google.
  • Vous optimisez vos textes, vos titres et le balisage sémantique afin d’aider Google à comprendre votre contenu.
  • Vous organisez votre site en silo pour que vos pages soient cohérentes entre elles.
  • Vous pratiquez le linkbaiting.

3. New SEO

New SEO
New SEO

Son profil : Le New SEO souhaite voir son site monter dans Google. Il projette éventuellement de devenir un reférenceur professionnel.

Le New SEO dévore les informations disponibles sur le net, mais il a du mal à les démêler car elles lui semblent contradictoires (ce qui est normal vu qu’elles dépendent de la couleur du chapeau de l’auteur). Son niveau de connaissance ne lui permet pas encore d’avoir une vision stratégique globale du référencement.

Vous êtes New SEO si :

  • Vous voulez augmenter la visibilité de votre site sur Google.
  • Vous voulez progresser dans l’art du référencement.
  • Vous connaissez les bases du référencement, mais il vous manque de l’expérience pour planifier et maîtriser entièrement une stratégie de référencement.

2. Anti SEO

Anti SEO
Anti SEO

Son profil : l’Anti SEO a conscience des capacités du référencement à drainer un fort trafic. Mais il ne souhaite pas s’investir dans un art qu’il juge ennuyeux, voire malsain (cf Dark Hat, Punk Hat et Black Hat). Il peut aussi vouloir être indépendant des caprices de Google.

Il préfère utiliser d’autres leviers marketing pour faire connaître son site tel que les réseaux sociaux, le mailing, le blogging, etc.

Vous êtes Anti SEO si :

  • Le référencement naturel vous semble peu rentable et/ou rébarbatif.
  • Vous pensez que les consultants SEO sont des personnes peu fréquentables.
  • Vous ne souhaitez pas dépendre de Google pour acquérir des visiteurs.

1. No SEO

No SEO
No SEO

Son profil : un No SEO se moque de réussir à drainer du trafic via les moteurs de recherche. Il s’agit le plus souvent d’un passionné ne cherchant pas à générer de gros bénéfices mais simplement à partager sa passion, à faire avancer le monde ou à divulguer ses idées (quelques exemples : Wikipédia, le blog d’H16, le blog de Maître Eolas, …).

Il ne fait donc rien de spécial pour plaire à Google, ce qui, au passage, représente une jolie économie de temps et d’énergie.

Cela ne l’empêche pas de réussir à positionner son site sur des mots-clés concurrentiels grâce à son influence, à la qualité de son contenu et un peu également… à la chance.

Vous êtes un No SEO si :

  • Vous ne connaissez quasiment rien au référencement.
  • Vous avez une communauté active qui cite régulièrement votre travail.
  • Vous êtes reconnu dans votre domaine, vous êtes peut-être même un influenceur.

La couleur majeure d’un consultant SEO

Dans le SEO, comme dans la vie, rien n’est tout blanc ou tout noir. Le comportement d’un consultant SEO varie en fonction du contexte. Par exemple, à titre personnel :

  • Je suis un Shadow Hat, limite du Black Hat, pour mes sites Made For Ads.
  • Je suis Grey Hat pour les sites de mes clients et mes sites de e-commerce.
  • Je suis Soft Hat pour mes sites professionnels (comme le blog que vous êtes en train de lire).

Comme vous le voyez, la couleur du chapeau dépend des objectifs du projet ainsi que des limites que l’on s’impose soi-même pour pérenniser un site.

Si je devais choisir une couleur majeure pour me définir, ce serait Grey Hat 🙂

Je suis plutôt Grey Hat
Je suis plutôt Grey Hat

Et vous ? Quelle est la couleur majeure de votre chapeau ?

3 Replies to “Echelle des #SEO, déterminez la couleur de votre chapeau”

Lire les articles précédents :
Mon devis SEO à 84.000 euros

Je continue dans la série des anecdotes financières qui rythment ma vie de consultant SEO. La semaine dernière je vous...

Fermer