Actualités

Aujourd’hui je vais partager avec vous une petite expérience Black Hat que je vais tenter sur le référencement géolocalisé.

Comme il s’agit d’une expérience, ne vous attendez pas à un résultat garanti. Il est possible :

  • que la recette prenne super bien et que le chiffre d’affaires ressemble à celui de l’Euromillion :-D (probabilité faible).
  • que la recette foire complètement et que le site génère exactement 0 € :-? (probabilité forte)

Ce sera la surprise, bonne ou mauvaise ;-)

Une thématique bien difficile

Pour cette expérience, je vais tenter de faire monter un site de serrurier à Bordeaux (soyons fou !). Le business plan est simple : je place un numéro de téléphone de serrurier sur chaque page du site. A chaque fois qu’un visiteur appelle, je touche une commission :

dpannage serrurier sur bouton bleuLe nom de domaine est : http://www.serrurier-rapide-bordeaux.fr

Oh ! Mais François, tu es fou ! Tu donnes le nom de domaine ! Tu vas te faire dénoncer par d’autres SEO qui n’ont pas assez de {subtilité | méthode | courage} pour faire monter leur propre site. »

C’est sûr qu’en donnant le nom de domaine, le risque de blacklistage par Google augmente (vraiment) beaucoup. Mais l’investissement financier est vraiment faible et la mise en ligne du site ne demandera que quelques heures. La perte en cas de blacklistage est minime.

En ce moment, je suis dans une phase « Punk SEO » : je mets un site en ligne, tant qu’il est rentable c’est cool. Si il est pénalisé, c’est pas grave, j’en fais un autre en quelques heures. Le but est donc de produire le site le plus rapidement possible et avec un minimum d’investissement.

A noter : cette stratégie « Punk SEO » est valable uniquement pour mes sites personnels ! Mes clients bénéficient de stratégies beaucoup plus « long-termistes » :mrgreen:

La création du site

Assez discuté, passons à la mise en place concrète du site, elle va se dérouler en 6 étapes :

  1. Analyse des mots-clés.
  2. Structuration des pages.
  3. Rédaction du contenu.
  4. Mise en ligne du site.
  5. Netlinking.
  6. Laissez reposer.

Voyons chaque point en détail.

1) Analyse des mots-clés

Pour analyser les mots-clés, je vais me baser sur les statistiques fournis par Google Adwords via le KeywordPlanner.

En gros, je vais saisir les principaux mots-clés liés à la thématique : « serrurier », « serrurerie », « dépannage », « devis »… et Google va gentiment me fournir une liste de 800 mots-clés qui sont en relation. Les données fournies sont difficilement exploitables en état. Il y notamment :

  • des mots-clés qui ne correspondent pas à la thématique : « plombier », « fabrication serrure », …
  • des doublons : « serrurier », « le serrurier », « les serruriers » …
  • des fautes d’orthographe.

Heureusement, j’ai développé un outil qui me permet de trier, filtrer, dédoublonner en masse une liste de mots-clés fournis par Google (Total Keywords). En environ 30 minutes me voilà en possession d’une liste de 100 mots à peu près complète. Je pourrais affiner davantage en multipliant les analyses sur divers outils, mais mon objectif est d’aller le plus vite possible, ça fera donc l’affaire.

2) Structuration des pages

La deuxième étape consiste à réaliser une arborescence de pages afin de créer une structure de site cohérente (communément appelé « cocon sémantique » mais je n’aime pas trop ce terme). En gros, pour chacun des mots-clés de mon analyse précédente, je vais créer une page web, par exemple :

  • « Serrurier à Bordeaux »
  • « Porte bloquée à Bordeaux »
  • « Urgence ouverture porte à Bordeaux »

Au total, mon site aura 100 pages, il faut donc structurer ces pages de façon cohérente afin que toutes les pages liées au mot-clé « Ouverture de porte » soit linkées entres-elles, tandis que les pages lié au mot-clé « Dépannage » soient liées entre elles.

Pour cela j’utilise un outil de carte mentale  (Mindmeister), la structure de mon site va ressembler à ceci :

arborescence-site

3) Rédaction du contenu

Jusque là, rien de bien compliqué, un peu de réflexion, de la méthode et de bons outils permettent de faire tout ça assez facilement. Le souci lorsqu’il y a 100 pages sur un site c’est qu’il faut rédiger du contenu différent pour chacune d’elles. La solution traditionnelle consiste à monter une équipe de rédacteurs pour écrire tous ces textes.

Trois problèmes :

  • Ça coûte cher.
  • C’est chronophage.
  • C’est un travail inintéressant.
"Youpi, j'ai rédigé 100 texte sur les serruriers à Bordeaux."

« Cette semaine, j’ai rédigé 100 textes sur les serruriers à Bordeaux. #JobDeMerde »

Vu que l’objectif c’est de faire rapide et pas cher, il va falloir utiliser une alternative en générant automatiquement les 100 textes. Pour cela, je vais utiliser mon outil MassContentSEO qui va me permettre de générer ces textes à partir de 300 phrases. Voici quelques exemples de phrases :

  • « Pour réparer une porte blindée il faut appeler un serrurier. »
  • « En enlevant les gonds, on peut ouvrir une porte fermée. »
  • « Le design et le prix sont des caractéristiques à prendre en compte lors de l’achat d’une serrure. »
  • « Parfois, il suffit de tirer la porte vers soi en ouvrant pour qu’une clé bloquée dans une serrure cède. »

L’idée générale, c’est de prendre une trentaine de phrases au hasard, on les mélange, on insère au hasard des titres, du gras, des paragraphes et le tour est joué : on obtient alors un texte grammaticalement correct, structuré et avec plein de mots-clés liés à la thématique.

« Oh ! Mais François tu es fou ! Avec ta méthode, ton site va être bourré de duplicate content interne et des textes seront des bouillies de mots. »

C’est vrai, mais pas tout à fait ;-)

Oui, il y du contenu dupliqué interne car chaque phrase va être utilisée plusieurs fois dans le site. Mais attention, les choses sont un peu plus subtiles : l’algorithme de génération des textes va optimiser l’ensemble des textes afin qu’ils soient le plus différents possibles les uns des autres. Dans les faits, chaque texte à un taux de similarité avec les autres textes extrêmement faible (vous pouvez le vérifier avec CopyScape). C’est suffisant pour que Google accepte de prendre en compte les pages et pour qu’il les fasse monter.

Oui, les textes n’ont aucun sens. C’est vrai, mais ça n’a aucune importance car personne ne va les lire. Imaginez que vous êtes « enfermé dehors », vous n’allez pas lire le baratin du site du serrurier, vous allez l’appeler directement pour pouvoir rentrer chez vous le plus vite possible. Donc, ce qui compte ce n’est pas que les textes aient un sens, mais qu’ils soient grammaticalement corrects et qu’ils contiennent les mots-clés liés à la serrurerie afin que Google les mange avec délice.

Pour résumer, les textes générés via des phrases font largement le travail et coûtent infiniment moins chers à produire. Avec un peu de méthode, c’est l’histoire de quelques heures.

4) La mise en ligne du site

Maintenant que mes textes sont prêts, je n’ai plus qu’à créer le site. Pour cela, c’est simple, je dispose d’un thème optimisé pour le référencement. J’utilise tout le temps le même pour mes sites web, il me suffit de le copier-coller.

« Oh! Mais François, tu es fou ! Si Google découvre que ton thème est utilisé pour ranker, il va tuer tous tes sites ! »

Oui, je sais, c’est pas très discret. Mais pour l’instant ça marche :-)

Devinez où je suis caché (source tkoala)

Devinez où j’suis caché ! (source tkoala)

Si je dois produire un nouveau thème pour chaque site, cela va me prendre plusieurs heures à chaque fois. Donc l’investissement pour produire un site va augmenter, ainsi que le risque financier.

Il me suffit donc de copier-coller mon thème sur mon serveur et le site est prêt. C’est du bon travail :-D

Il ne me reste plus qu’à intégrer toutes les pages du site, avec les liens qui respectent l’arborescence de la carte mentale. C’est extrêmement complexe à faire manuellement, mais heureusement avec MassContentSEO, je peux réaliser cette tâche en quelques clics.

Enfin, j’achète trois ou quatre photos sur Fotolia pour donner un peu de couleur au site.

Hop ! En 30 minutes mon site est en ligne.

Merveilleux, ça avance bien :-)

5) Le netlinking

Ah ! Le netlinking ! La partie qui a longtemps était ma bête noire… Mais ça, c’était avant ;-)

Il y a 6 mois, on m’a demandé de créer 100 sites web et pour chacun de ces sites il fallait que j’obtienne 5 liens « corrects ». Soit 500 liens…

Je suis contre le spam des commentaires de blogs et des forums. Etant moi-même blogueur, je déteste avoir à gérer les dizaines de commentaires bidons qui passent à travers les filtres anti-spams.

J’ai donc décidé de baser ma stratégie de netlinking sur les « articles sponsorisés », c’est à dire des articles de blogs dans lesquels on place un lien. J’en ai acheté des centaines sur des sites divers et variés, ce qui m’a permis d’automatiser en grande partie le processus d’achat de texte et de publication. Je reviendrai en détail sur ce point dans un autre article.

« Génial François ! Moi aussi je voudrais des articles sponsorisés pour mes sites ! Tu peux en publier pour moi ? »

Oui, bien sûr. Tu fais bien d’en parler, c’est justement une nouvelle prestation que je propose !

Je peux te publier des articles sponsorisés sur des sites à TF 39 pour seulement 35 € HT. Je prends en charge la rédaction, tu n’as à faire !

Comme c’est les soldes, le premier article est à 15 € HT avec le code promo « J’adore ton blog » ;-)

Contacte-moi par mail pour passer ta commande d’articles sponsorisés : ftreca@educaref.fr

Pour revenir au netlinking de mon site de serrurier, dans un premier temps je vais publier 5 articles sponsorisés sur des sites de travaux histoire que Google fasse un peu confiance à mon site. Ce n’est pas beaucoup, mais ça me permet d’avoir une idée de la difficulté du mot-clé. Si avec 5 articles le site draine 0 visiteur, c’est que la stratégie est morte.

Au passage, je vais chercher des domaines expirés dans les thématiques « serrurier » et « Bordeaux ». Qui sait ? Je vais peut-être trouver une petite pépite qui viendra s’ajouter à mon PBN :-)

6) Laisser mijoter

Voilà le site est en place et il est linké à feu doux (via les 5 articles sponsorisés). Maintenant il n’y a plus qu’à attendre deux mois pour voir combien il rapporte. Le seul indicateur qui m’intéresse réellement, c’est le chiffre d’affaires.

Qui sait ? Peut-être que dans deux mois l’investissement sera intégralement remboursé et les bénéfices seront déjà au rendez-vous. Dans ce cas, il faudra continuer les investissements en publiant des articles supplémentaires et en mettant en ligne d’autres sites dans la même thématique sur d’autres villes.

Wealth

Vous savez, je fais du SEO surtout par passion.

Ou bien au contraire, le site n’aura pas drainé un seul visiteur et (forcément) pas un seul euro non plus. Le site sera alors laissé à l’abandon… Il rejoindra les dizaines d’autres sites expérimentaux qui n’ont rien donné d’autre qu’un petit aperçu du fonctionnement de Google.

Encore une épave du web…

Et le White Hat alors ?

La méthode que je viens de vous présenter est évidemment Black Hat à l’état pur, du début à la fin. Ne l’utilisez pas sur le site d’un client sans son accord écrit !

Si vous voulez des conseils orientés White Hat, je vous propose de contacter Pascal Barrière, qui a une méthode et de bonnes idées pour réussir un référencement géolocalisé qui respectent les guidelines de Google.