Le top 10 des facteurs pour trouver un nom de domaine expiré, par NinjaLinker

Le top 10 des facteurs pour trouver un nom de domaine expiré, par NinjaLinker

Ajourd’hui, je vous propose une interview de David Dragesco, plus connu sous le pseudo de NinjaLinker

Il est l’auteur de l’outil « PBN Premium » qui permet de trouver facilement des domaines expirés (vous pouvez lire ici mon article sur PBN Premium).

David va nous dévoiler son TOP 10 des facteurs à prendre en compte pour trouver un domaine expiré parfait. Il nous parlera aussi de  son parcours SEO et de son tool.

– Salut David, merci d’avoir accepté cette interview

– Salut François, tout le plaisir est pour moi 🙂

– Tu es déjà bien connu dans la communauté française pour ton expertise SEO et tu te démarques particulièrement pour ton expérience sur les noms de domaine expirés. Pourrais-tu nous donner quelques points à prendre en compte lorsqu’on veut bien choisir un nom de domaine expiré ?

1) La thématique du nom de domaine

J’ai fait plusieurs expériences sur l’impact de la thématique « historique » d’un nom de domaine expiré. Elles montrent clairement que l’ancienne thématique du site va permettre de ranker très rapidement sur Google si elle est respectée.

Par exemple, le nom de domaine d’un ancien e-commerce de ballons de foot va avoir des liens sur des forums dédiés à ce sport. Ce nom de domaine est parfait pour y placer un site dédié à la coupe du monde. Par contre, il ne sera d’aucune utilité pour un site sur les chats.

La thématique doit être respectée
La thématique doit être respectée

Ceci est dû au fait que les backlinks pointant vers le nom de domaine sont déjà thématisés.

Il est possible de « re-thématiser » un nom de domaine mais dans ce cas, c’est comme si tu repartais de zéro. Il va falloir faire tous les backlinks dans ta nouvelle thématique. Pour moi, les liens thématisés ont beaucoup plus de poids, je dirais qu’ils sont 5 à 10 fois plus puissants qu’un lien non thématisé.

2) L’ancienneté du nom de domaine

L’ancienneté d’un nom de domaine est un vrai gage d’autorité pour Google. J’ai remarqué à plusieurs reprises qu’elle permet de positionner un site beaucoup plus rapidement dans les SERP.

Les anciens noms de domaine ont plus d'autorité
Les anciens noms de domaine ont plus d’autorité

Par exemple, mon site « ninjalinker.com » est resté pendant plus de 6 mois avec juste une page « Bientôt ici un site SEO ». Une fois que j’ai placé les premiers articles, il est monté beaucoup plus vite que si le site venait tout juste de sortir. L’ancienneté a donc un impact important pour Google.

Le mieux pour un nom de domaine expiré, c’est une « longue » ancienneté. Par exemple, que le site ait été en ligne de façon continue de 2004 à 2014. Le gros avantage, c’est qu’un site de 10 ans peut encaisser beaucoup plus de liens sur-optimisés sans risque de se faire pénaliser, ce qui n’est pas le cas des sites neufs.

3) Les pages encore indexées par Google

Si certaines pages de l’ancien domaine sont toujours indexées, alors c’est vraiment un point fort car dans ce cas, le site peut se positionner presque instantanément ! On peut savoir si des pages sont encore indexées en utilisant la commande « site : » de Google (par exemple site:yahoo.fr).

Utilisation de la commande "site:"
Utilisation de la commande « site: »

Cette technique fonctionne même avec des sites « chinoisés » dont les pages encore chinoises sont toujours indexées. La thématique historique du site et ses backlinks thématiques accéléreront considérablement l’indexation du nouveau site internet.

4) Un taux d’ancres exactes faible

Une ancre exacte, c’est par exemple « mutuelle pas chère », « nike air » ou « rachat crédit rapide ». Plus le taux d’ancres exactes est important, plus le risque que le site ait une pénalité « Pinguoin » est élevé.

Liens avec ancre exacte = risque de pénalité
Liens avec ancre exacte = risque de pénalité

Je ne prends jamais un nom de domaine ayant plus de 3% d’ancres exactes. Néanmoins je tolère les ancres comme « Cliquez ici pour trouver une mutuelle pas chère ». Si c’est une phrase, c’est bon.

5) Un netlinking « branding » et naturel

Les internautes utilisent naturellement deux types d’ancres pour leurs liens :

  1. des ancres « branding » : « http://www.url-du-site.fr » ou « nom du site »
  2. des ancres « naturelles » : « cliquez ici », « voir ici », « lire l’article… »

Il vaut mieux que la majorité des ancres appartiennent à l’une de ces deux catégories car cela montre que les internautes ont fait naturellement des liens vers ces sites.

Liens avec ancre naturelle
Liens avec ancre naturelle

6) Le nombre de domaines référents et le nombre de liens

Les statistiques sur le nombre de domaines référents (RD) et le nombre de backlinks (BL) a aussi son importance. Je préfère largement un domaine qui a 10 RD et 10000 BL qu’un domaine qui a 30 RD et 30 BL.

Mieux vaut un nombre de backlinks élevé
Mieux vaut un nombre de backlinks élevé

De mon point de vue, avoir beaucoup de BL par rapport au RD n’est pas un problème, au contraire, c’est un bel avantage pour un nom de domaine expiré. Google va recrawler le site beaucoup plus souvent car il va trouver beaucoup plus de « portes d’entrée » vers votre site.

Avoir un lien en sitebar ou dans le footer ne pose pas de problème à condition que l’ancre soit de type « branding » ou « naturelle ».

7) Le ratio « follow » / « no follow »

J’ai fait plusieurs tests qui montrent qu’un lien nofollow ne transmet ni l’ancre de son lien, ni son jus. Ils sont donc inutiles pour le référencement.

Les liens nofollow ne servent à rien
Les liens nofollow ne servent à rien

Néanmoins, les liens nofollow peuvent avoir de l’intérêt à condition qu’ils soient cliqués car ils vont générer du trafic 100% naturel, ce qui est un bonus non négligeable. Malheureusement, il est difficile de déterminer si un lien est cliqué ou pas.

8) Trust Flow des sites qui font les liens.

Il ne faut surtout pas se contenter du Trust Flow (TF) du site expiré. On voit régulièrement des noms de domaine expirés ayant TF 0 qui ont pourtant des liens de la part de sites TF 40, ce qui est une aberration.

En fait, j’utilise de moins en moins le TF d’un site car il est difficilement compréhensible et peut-être faké. Par contre, le TF des sites qui font des liens est plus intéressant à exploiter car ils donnent une bonne idée du potentiel du domaine.

Vérifiez le trust flow des backlinks
Vérifiez toujours le Trust Flow des backlinks

D’ailleurs vous pouvez faire un test simple : dans PBN Premium, triez les sites TF 0 et observez le TF des sites qui font des liens vers lui. Vous découvrirez de belles incohérences, qui sont autant de pépites à exploiter 😉

Dans tous les cas, il faut absolument vérifier :

  • le Trust Flow (TF de Majestic SEO)
  • le DR (Domain authority de Ahrefs)
  • le Domaine Authority (DA de Moz)
  • le Page Authorithy (PA de Moz)
  • le Citation Flow (CF de Majestic SEO)

Vous pourrez ainsi détecter des incohérences dans les metrics et peut-être trouver des perles rares 😉

9) L’historique des redirections

Sur le site Wayback Machine, on peut voir si une ou plusieurs redirections ont été mises en place sur un site pendant une certaine période. Si les redirections ont été faites vers des sites peu recommandables (sexe, casino, site chinois…) ce peut être handicapant pour votre futur site.

L'historique des redirections peut-être un problème
L’historique des redirections peut poser problème…

Par contre, si la redirection pointait vers un site parking ou un site correct, alors tout reste jouable. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Un nom de domaine qui a été utilisé pour faire une redirection vers un site spammé peut quand même être exploitable.

A vous de vous faire votre propre jugement 😉

10) Le nombre de screens shots dans web archives

Un site actif est régulièrement photographié par Wayback Machine (au moins une dizaine de fois par an).

Un site actif est régulièrement visité par wayback machine
Un site actif est régulièrement visité par wayback machine

A contrario, les sites « parking » ou spammés n’ont que quelques photos chaque année.

Je préfère donc acheter un nom de domaine expiré qui a beaucoup de screenshots dans WayBack archives.

11) Bonus : Vérifiez si l’indexation fonctionne

Une fois que vous avez acheté le nom de domaine, vous devez absolument vérifier que Google indexe bien votre site. Pour une raison inconnue, environ 5 à 10% des sites expirés ne sont jamais repris en compte par Google.

Vous pouvez tester ce point en créant une page de test et en forçant l’indexation via Google Search Console. Si la page n’est pas visible dans les résultats de recherche, vous pouvez laisser tomber : il faudra batailler longtemps pour faire indexer par Google. Vous allez perdre votre temps 🙁

Merci David, pour ces précieux conseils. Pas facile de respecter toutes ces conditions 🙂

Parcours SEO de NinjaLinker

Pourrais-tu maintenant nous raconter comment tu as découvert le SEO et comment tu as évolué ?

Comme beaucoup de SEO, je suis un autodidacte, je n’ai pas fait d’études en informatique et j’ai appris le référencement au fil de mes expérimentations.

  • Mon aventure dans le référencement commence en 2005, j’étais alors étudiant d’une école de commerce. Un professeur d’informatique nous avait montré comment créer un site web. J’ai alors mis en ligne rapidement un site de rencontres pour générer des revenus d’affiliation. J’ai constaté que la majorité du trafic provenait de Google, j’ai donc cherché à optimiser ce canal d’acquisition de trafic.
  • En 2007, à force de progresser dans le référencement, j’ai pu me lancer en tant que SEO freelance solo, à Lyon. Je travaillais alors en sous-traitance pour des grosses boites.
  • En 2012, mon principal client fait faillite (rien à voir avec son SEO je précise 😉 ). Il me laisse alors une grosse ardoise, ce qui m’oblige à arrêter mon activité de freelance. Je me fais alors recruter en tant que SEO in-house dans plusieurs entreprises, d’abord en Suisse, puis à Lyon. J’ai notamment travaillé avec l’agence ReputationVIP où j’ai coordonné avec Aymen Loukil les tests SEO et la nouvelle stratégie de l’agence à des fins d’e-reputation.
  • En 2016, je redeviens web-entrepreneur. Je travaille sur mon tool « PBN premium » que je viens tout juste de sortir.

Joli parcours professionnel. Mais, en parallèle, tu es aussi un membre actif de la communauté SEO francophone.

En effet, je suis assez actif depuis quelques années :

  • Je publie de temps sur temps sur mon blog.
  • Je contribue activement au forum Script-SEO et sur les réseaux sociaux.
  • J’ai organisé le concours « Alphabet » en 2015.
  • J’ai été speaker au « Google Black Day », au « BW SEO », au « SEO by nigth », au « SEO camp »…

PBN Premium

Qu’est-ce qui t’a donné l’idée et l’envie de créer PBN Premium ?

logo-pbn-premium

Il faut savoir qu’il existe énormément de noms de domaine expirés (des millions en fait). Les seules plateformes qui en proposaient jusqu’alors étaient les sites de vente aux enchères. Même si ils sont intéressants, ils souffrent de plusieurs défauts, notamment :

  • il faut attendre longtemps et faire des démarches avant de prendre possession d’un domaine.
  • l’offre est assez limitée.
  • le budget peut vite devenir incontrôlable en fonction des enchères.

Je voulais qu’il devienne possible de faire des recherches rapides de noms d’expirés afin que les SEO puissent gagner du temps et de l’argent. Je voulais aussi rassembler toutes les metrics dans un seul écran afin de faciliter la comparaison entre les domaines. Enfin, je voulais trouver un moyen de détecter automatiquement les noms de domaine spammés.

Depuis combien de temps développes-tu cet outil ?

  • En janvier 2016, j’ai esquissé ma première maquette sur paint (il y a 18 mois)
  • En novembre 2016, les béta-testeurs ont pu commencer les premiers tests.
  • Le 20 février 2017, j’ai mis en ligne PBN Premium sur le marché anglophone et j’ai rapidement fêté mon premier client quelques jours plus tard 🙂
  • Le 22 mai 2017, j’ai fait l’annonce officielle de la sortie de l’outil, ainsi que mon « coming out » (en dévoilant être l’auteur de l’outil), ce qui a déclenché un buzz en France.

Combien de personnes travaillent sur ce projet ?

En tout, il y a 6 personnes qui travaillent sur le développement du projet :

  • Il y a moi évidemment 🙂 Je me charge de fournir la partie « métier », c’est à dire mon expertise en tant que SEO, ainsi que toute la communication.
  • Un développeur est chargé de créer l’outil, je précise qu’il n’a pas spécialement de compétences en référencement.
  • Enfin, il y 4 béta testeurs qui me font des retours avant la mise en ligne de nouvelles fonctionnalités.

Pourquoi as-tu caché l’identité de l’auteur du Tool durant les 3 premiers mois de lancement ?

Je souhaitais obtenir des retours client sans concession. Je ne voulais pas que les SEO français aient un jugement influencé par le fait qu’ils me connaissent.

Combien y-a-t-il d’inscrits aujourd’hui ?

Il y a plus de 800 inscrits, dont 150 actifs.

Les membres sont-ils majoritairement franco-français ou ton outil s’exporte-t-il déjà à l’international ?

En fait l’outil est destiné au marché mondial, néanmoins le nombre de français a considérablement augmenté depuis le buzz du 22 mai. Ils représentent maintenant 30% des inscrits !

J’ai des clients de toutes les nationalités : vietmamiens, hong-kongais, brésiliens, canadiens, … et même un népalais !

Trouver de bons expirés aujourd’hui, malgré la concurrence internationale, les snappeurs et les site d’enchères, est-ce vraiment possible ? Est-ce qu’on ne risque pas de récolter uniquement ce dont les autres n’ont pas voulu ?

Oui, on peut trouver de bons noms de domaine. Ce qu’il faut savoir c’est que les snappeurs et les sites de vente aux enchères n’ont pas les ressources financières pour réserver tous les noms de domaines expirés !

Aussi, il y a parfois des snappeurs qui réservent des noms de domaines pendant un an mais qui finissent par le laisser tomber par manque d’acheteur. Ils sont alors de nouveau disponibles.

Pour être honnête, les top NDD ne seront pas dans PBN premium (ou alors pas très longtemps;-) ). Cela correspond aussi à ma philosophie du référencement : je préfère acheter 10 petits noms de domaine intéressants plutôt qu’un gros dont la reconversion SEO sera facilement détectable par Google.

En fait, il y a tellement de choix qu’il restera toujours des expirés intéressants en fonction de la philosophie de chaque SEO.

Dans quel cas recommandes-tu d’utiliser un expiré ?

Il y a plusieurs cas pour lesquels il est très intéressant d’utiliser les noms de domaines expirés :

  • Les stratégies de réseau de sites et de PBN.
  • La technique de la canonical externe.
  • Pour y placer des articles sponsorisés.

Et à l’inverse quand ne faut-il pas utiliser un expiré ?

Il y a deux cas qui peuvent être toxiques pour le référencement :

  • La redirection 301 pure et dure ne transmet plus rien.
  • L’utilisation pour y placer un site dont la thématique ne correspond pas à la thématique historique.

Quelles sont les évolutions prévues pour PNB premium ?

Il y en a plusieurs :

  • Je veux ajouter un aspect collaboratif à l’outil afin que les membres puissent notifier qu’un nom de domaine est spammé. Des récompenses seront alors distribuées aux contributeurs.
  • Aujourd’hui environ 2000 noms de domaines sont ajoutés chaque jour, nous avons trouvé un moyen d’augmenter considérablement notre force de frappe, ce qui permettrait d’en ajouter 10.000 par jour !
  • Une alerte e-mail sera mise en place pour avertir un abonné lorsqu’un nom de domaine qui correspond à ses critères est ajouté à la liste (merci François pour cette bonne idée 😉 )

Merci David pour cette interview 🙂

Retrouvez David sur :

Et son outil PBN Premium :

16 Replies to “Le top 10 des facteurs pour trouver un nom de domaine expiré, par NinjaLinker”

  1. Pour moi, un facteur dans mon Top 3 c’est l’historique de positionnement du domaine. Sur quels mots-clés le site s’est déjà positionnés dans le passé.

    1. @ Iggone ! En effet c’est un facteur qui peut s’avérer être ultime quand on arrive à le remonter !
      Dans ce cas présent il serait bien évidemment dans le Top 3
      Mais généralement les outils ne permettent pas tous d’obtenir cette information si Data de plus de 2-3 ans…

  2. J’adore l’idée n°10 : Le nombre de screenshots dans la webarchive.
    C’est vrai que ca peut donner une rapide idée de l’historique du domaine.

  3. Merci François et David pour cet article très didactique,
    J’ai entendu d’excellents retour pour ce service et bravo à David pour avoir répondu à une demande forte du moment.
    Je vais quand même souligner une erreur dans les réponses. A la question très pertinente :

    « Trouver de bons expirés aujourd’hui, malgré la concurrence internationale, les snappeurs et les site d’enchères, est-ce vraiment possible ? Est-ce qu’on ne risque pas de récolter uniquement ce dont les autres n’ont pas voulu ? »

    La réponse est fausse :
    « Oui, on peut trouver de bons noms de domaine. Ce qu’il faut savoir c’est que les snappeurs et les sites de vente aux enchères n’ont pas les ressources financières pour réserver tous les noms de domaines expirés ! »

    Je suis les snaps depuis une quinzaine d’années et j’ai snappé tous les jours de 2016 et jusqu’à il y a quelques mois pour des clients, avec le site domaine-expire.com, que j’ai depuis revendu. Par expérience, TOUS les domaines ne serait-ce que moyens en Gtld sont réservés. Ca n’est qu’en cctld et dans les extensions exotiques que l’on peut trouver de bons domaines qui expirent.

    Le snap en .com le moins cher coûte le même prix qu’un enregistrement quand on a un compte partenaire, c’est-à-dire 8 euros. Du coup, tous les domaines avec du jus SEO sont systématiquement récupérés (par des asiatiques essentiellement), et ce qui est expire est vraiment de faible qualité.

    Mais à ce prix, on n’obtient que des domaines de très faible qualité. Lorsque l’on accepte de payer 9 ou 10 usd, on fait déjà un certain bond dans la qualité. Et il y a des paliers, par exemple à 18 usd cela devient possible d’attraper de bons noms, et à 33 euros davantage.

    Et à partir de 15 usd, on peut aussi obtenir des noms de domaine excellents qui n’ont jamais expiré. La difficulté est que tout ça est très opaque et demande un gros investissement en temps et des abonnements assez onéreux qui font que ça n’est pas du tout rentable de snapper pour ses besoins personnels.

    Néanmoins, l’outil apporte une vraie réponse aux besoins des SEO qui veulent cultiver leur PBN à moyen et long terme 🙂

    1. Salut David,
      Merci pour ce retour très précis, on sent l’expérience 🙂
      David (NinjaLinker) a lui aussi précisé ce point dans l’article : « Pour être honnête, les top NDD ne seront pas dans PBN premium », vous êtes donc d’accord 🙂
      D’ailleurs comme tu le dis, beaucoup de SEO français sont des cultivateurs de PBN qui cherchent des graines à faire pousser avec amour.

    2. Salut David,
      Je comprends tout à fait ton point de vu, et je suis en parti d’accord avec toi !
      Cependant je m’étonne moi même de voir apparaitre dans ma base des NDD snapés par des services méga connus les années antérieures, affichés parfois à 200-300$ et finalement relâchés par la suite… Peut être par manque de trésorerie, ou d’intérêt, mais il en demeure pas moins que certains retombent dans le domaine du public, et j’en intégre de ce type tous les jours sur PBN Premium.
      En fait sur du GTLD on arrive à avoir de la semi qualité, qui donne malgré tout de bons résultats pour un maigre coût !

  4. en relisant mon message,
    je trouve que j’ai été critique sans le vouloir. Les PBN sont à la mode et répondent à un besoin. Le service de David est top, par rapport à ce qu’on peut faire aujourd’hui.

  5. Bonjour,
    Superbe article, clair, précis.
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec « Je préfère largement un domaine qui a 10 RD et 10000 BL qu’un domaine qui a 30 RD et 30 BL », perso, je choisi, privilégie le 2nd. Les liens footer sont certes bcp crawlé mais apportent peu de jus. Ce n’est que mon avis 😉
    Au plaisir

  6. Honnêtement, c’est un superbe outil! Même s’il est peu esthétique, il m’a grandement simplifié la vie! Acheter des NDD dont le potentiel est correct n’a jamais été aussi simple. Bravo à toi!

  7. Merci pour cet article complet et intéressant pour tous ceux qui s’intéressent à la recherche d’expirés ! 🙂

    D’ailleurs je vais avoir une question : Le technique de la canonical externe, ça correspond à quoi ?

    1. Imaginons que tu veuilles poussez le site d’un client sur le mot-clé « Trouver un nom de domaine ». Tu vas donc créer une page « Trouver un nom de domaine » sur son site avec un joli texte pour que Google comprenne bien de quoi tu parles.
      La technique de la « canonical externe » consiste à :
      1) copier/coller ton joli texte sur une page d’un blog qui t’appartient
      2) placer une balise « canonical » dans le code qui pointe vers la page à pousser.
      De ce fait, tout le « jus » de cette page de ton blog sera transmis directement au site de ton client.

        1. Ça dépend de ce que tu vas mettre sur le nom de domaine car les quality raters cherchent à sortir de Google les sites de faible qualité, pas à pénaliser une technique.
          Donc, si tu places un site de communiqués de presse tout pourri, forcément ça ne va plaire aux quality raters.
          Par contre, si tu places un blog sympathique avec de vrais informations et une communauté active, pourquoi les Google voudrait t’embêter ?

Lire les articles précédents :
PBN Premium : retour d’expérience

PBN premium permet de trouver facilement des noms de domaine expirés, une matière première précieuse pour les SEO. Cet outil...

Fermer